lundi 13 mai 2013

Un réseau de routes remarquable


Le conférencier Jean-Pierre Renaud
C’est un réseau remarquable de routes gardoises et héraultaises que le Docteur en Histoire Ancienne Jean-Pierre Renaud, membre du Club Histoire et Archéologie en Pays Viganais, nous a fait découvrir samedi dernier, au Bourilhou, lors de l’ultime conférence des Journées de l’Antiquité 2013 au Vigan.

S’appuyant sur les sources antiques que sont l’Itinéraire d’Antonin, de l’époque de Caracalla, la Table de Peutinger, des extraits de l’Atlas de Barrington, de son travail avec Yann Loth, co-auteur de « Traces d’Itinéraires en Gaule romaine », les travaux de Raymond Chevallier ainsi que sur ses nombreuses recherches personnelles sur les voies antiques, le vice-président de la FAHG, « viographe » averti, nous a présenté, photographies à l’appui, les principaux itinéraires qui partent en étoile de la ville de Nîmes, route des Helviens, route des Gabales, voie romaine de Lodève, via Sommières et des lieux-dits, au pied du Pic Saint-Loup ; voie se dirigeant vers Arles et voie Domitienne…

Il parla de la structure des routes, de leur largeur et du passage des rivières à gué ou sur des ponts connus comme celui de Sommières ou d’Ambrussum ou moins connus, dont il reste une arche, comme celui près d’Uzès sur la Voie Antonine.


Une vue partielle de l’assistance
Il termina son exposé très clair et accessible à tout public, en décrivant l’itinéraire de la voie des Rutènes, de Nîmes au Vigan (Avicantum) et notamment son passage entre Ganges et la vallée de l’Hérault, par les Gorges de l’Ensumène, la corniche de Puech Garin, le Col des Barrices et le Mercou.

Environ 50 personnes ont assisté à cette brillante conférence, bien illustrée et très documentée par des études approfondies sur le terrain.

L’entrée de ces différentes  conférences des Journées de l’Antiquité, fut gratuite, grâce à une subvention du Conseil Général du Gard, que les organisateurs du Bourilhou remercient très sincèrement pour son  soutien efficace et annuel.

Le président du Centre Culturel et de Loisirs annonça, un an à l’avance, la conférence inaugurale des 25èmes Journées de l’Antiquité, qui aura lieu au Vigan le samedi 22 mars 2014, avec la présence d’un grand préhistorien français.

Crédit photos : Pierre Valette

samedi 4 mai 2013

À la découverte des voies romaines

Vaste sujet pour la dernière conférence des 24èmes Journées de l’Antiquité, samedi 11 mai à 17heures au Centre Culturel et de Loisirs  Le Bourilhou, avec une intervention de Jean-Pierre Renaud, docteur en Histoire et membre du Club Histoire et Archéologie en Pays Viganais, une des 36 associations de la FAHG, fédération  dont il est aussi un des deux  vice-présidents.

Que sait-on précisément des voies dites « romaines » ? Lorsqu’on évoque cette réalité du monde antique n’a-t-on pas à l’esprit, le plus souvent et uniquement l’image d’une route bien droite, pavée et dallée ? La réalité est tout autre…Jean-Pierre Renaud est allé à la découverte de ces voies. 

En 1977, il rencontrait Yan Loth, l’un des pionniers dans l’étude du réseau viaire de l’Antiquité. Dès lors, l’envie de mieux connaître ce domaine, au carrefour de la géohistoire et de l’archéologie ne l’a plus quitté.

Ayant collaboré à l’ouvrage de Yan Loth (Tracés d’itinéraires en Gaule romaine) par des investigations de terrain en région parisienne et dans le sud de la France, il a progressivement approfondi sa connaissance du sujet jusqu’à prendre conscience de l’importance de cette partie de l’histoire et de l’archéologie qu’il appelle « archéoviographie ».

C’est d’ailleurs par une étude « archéoviographique » poussée, qu’il a pu dans sa thèse sur l’itinéraire transalpin d’Hannibal, reconnaître une partie méconnue de la « voie héracléenne » (axe préromain) en rive droite de la Durance…


Sur la voie romaine de Lodève ( J.P Renaud  est à droite)
              
La communication qu’il fera samedi au Bourilhou, illustrée de nombreuses photos, donnera un aperçu des différents aspects d’une voie romaine, de sa structure théorique « variable » et du réseau viaire antique… sans oublier d’évoquer la voie qui traverse notre région, le « Chemin des Rutènes ».

Nous ne pouvions pas mieux clôturer cette 17èmes  session des Journées de l’Antiquité au Vigan.

Entrée gratuite grâce à une subvention du Conseil Général du Gard.

Crédit photo : P. Valette

jeudi 2 mai 2013

Grand succés du printemps du livre

Quelques–uns des 14  organisateurs du Bourilhou
Il fallait le faire et pour un coup d’essai ce fut un coup de maître !

En jumelant deux manifestations dans le même secteur du Vigan, d’un côté de l’Avenue Jeanne d’Arc, la Main Verte au Château d’Assas, organisé par l’Office de Tourisme et de l’autre côté le 10ème printemps du Livre, des Médias et des Arts, mis sur pied, à la salle des fêtes par le Bourilhou, les organisateurs, surtout ceux de la manifestation littéraire, ont atteint leur but : environ 1400 personnes ont participé  à la journée mercredi dernier, dont environ 500 à la manifestation de la salle Jeanne d’Arc. Comme quoi tout est possible en Pays Viganais, à condition de travailler ensemble ! On sait que c’est le leitmotiv du président du Bourilhou, qui, lors de son discours de bienvenue et de remerciements, en présence des élus locaux, a rappelé, avec conviction et la foi  profonde dans l’être humain, qui le caractérisent et l’animent, « qu’il ne suffisait pas de l’écrire, de le dire, mais qu’il était nécessaire de le faire et de passer aux actes ».

Jamais, il n’y eut autant de monde, à cette manifestation littéraire et artistique, depuis sa création en 2003. Ce jumelage entre deux associations importantes devrait servir d’exemple aux autres associations. Il sera certainement renouvelé l’année prochaine. Comme quoi tout est possible, si on veut s’en donner la peine, on peut faire de grandes choses en Pays Viganais !

L’U 47 de Jean-Louis Sciacca, en exclusivité !
Au moment de l’apéritif offert par le Centre Culturel et de Loisirs « Le Bourilhou », on put écouter quelques chants interprétés par l’Ensemble Vocal du Centre dirigé par Serge Valentin et Annie Douziech et on put apprécier les réalisations des ateliers Peinture et Arts Plastiques, de Chantal Boyer, Nathalie Gabrielli et Sabine Pommier, deux ateliers fréquentés par les  jeunes et les  adultes et qui seront représentés le 20 juin prochain à la Journée des Ateliers Créatifs du Bourilhou.

Au cours de la visite, chacun put rencontrer les différents exposants : Jean-Louis Sciacca fut intarissable dans la présentation de ses bateaux en modèle réduit et ce célèbre U-boat 47, spécialement réalisé pour la manifestation.

Les sculptures d’inspiration polynésienne
Jean-Christophe Baudu, de la région de Vézenobres et ses sculptures et colliers à forte inspiration polynésienne furent appréciés. Il reviendra bientôt exposer en Pays Viganais !

On put aussi admirer les réalisations de la viganaise Vanessa Verdu et ses écrits sur soie. Elle animera un atelier à la rentrée prochaine au Centre Culturel…

Une vingtaine d’auteurs participèrent à la manifestation. Parmi eux, Madeleine Ribot-Vinas présenta pour la première fois en public son dernier livre « Le Bouleau et l’éperon entre Causses et Cévennes » et Paul Fabre «  Le Monastère de Peyre ». Ce professeur émérite de l’Université Paul Valéry, docteur d’Etat, viendra au Bourilhou nous parler de toponymie cévenole prochainement.  Tout comme Jean-Louis Rouyre de Sumène, dont nous avons découvert l’œuvre littéraire, qui viendra nous présenter « Les corridas en Pays Viganais », titre d’un de ses prochains ouvrages !

L’universitaire alésien Paul Fabre et ses ouvrages
Comme prévu, à 15h30 , sur scène, Isabelle Nougarède, invitée d’honneur de la manifestation, conta pour un public de jeunes et de moins jeunes, assis autour d’elle, de nombreuses histoires de la Vallée de La Vis où elle habite, de la Grotte des Demoiselles ou du Causse. Elle présenta aussi son ouvrage : « Contre enchantés de la Grotte des Demoiselles ».

Marinette Mazoyer  de l’association de la FAHG, « Institut Estudis », apporta la touche occitane, à cette manifestation, qui connut cette année un grand succès populaire, la meilleure récompense pour les quatorze responsables bénévoles du conseil d’administration du Bourilhou.

Crédit photo : Pierre Valette