samedi 25 avril 2015

Vingt-trois auteurs au 12e Printemps du Livre

Vingt-trois auteurs participeront cette année, le vendredi  1er mai prochain de 10h00 à 18h00, au 12e Printemps du Livre, des Médias et des Arts, à la salle Jeanne d’Arc du Vigan, organisé par le Centre Culturel et de Loisirs « le Bourilhou » du Vigan, avec le soutien financier du Département et de la Communauté de Communes du Pays Viganais.

 L’invitée d’honneur de la manifestation sera la conteuse occitane Marinette Mazoyer. Elle présentera ses ouvrages et contera  dans l’après-midi, entre 15h30 et 17h00, en compagnie de l’écrivain et ethnologue René Domergue, qui nous parlera des « Gavots, Raïols et autres estrangers ». Ce dernier vient de faire paraître « Le parler méridional en pays de Nîmes et bien au-delà ». Parmi les nouveaux auteurs à la manifestation littéraire viganaise signalons la présence de  l’avézol Christian Malapert, ancien président de l’harmonie des Enfants du Vigan, qui vient de publier «  Saxo, mon ami » ; Paul Pariente, qui a délaissé ses livres de cuisine et gastronomie cévenole, pour se lancer dans des romans policiers ; Jacques Chérence, auteur «  d’Un pêcheur trop tranquille » ; Claude Mazauric qui vient de sortir « Quatre poilus, originaires de Collorgues dans la Grande Guerre 1914 – 1918 » mais aussi Hervé Pijac, auteur « De la Cévenne aux Amériques » et Dany Rousson , qui avec « Les genêts de Saint Antonin » a remporté le Prix Femmes Actuelles 2014 !

René Domergue
On retrouvera avec plaisir le Viganais René Barral, auteur de romans  ayant lieu dans nos Cévennes, Yves Jaffrennou, que l’on ne présente plus,  René Domergue, Frances Harper, Liliane Gabel ( qui peint aussi) la conteuse Isabelle Nogarède, Madeleine Ribot-Vinas de l’Académie des Hauts Cantons, André-Charles Lhomme, Bernard Scaber, et bien d’autres…

Trois éditeurs seront présents : Les Editions du Taille Page, celles de la Fenestrelle ( qui a publié le livre de Claude Mazauric) et celles d’Ampelos dont le directeur Eric Peyrard est venu spécialement au Vigan de Maisons Lafitte  pour participer à notre salon littéraire.

Seront aussi présentées par leurs directeurs, les revues Causses et Cévennes (du Club Cévenol) et Patrimoine 30 ( de la FAHG).

Comme chaque année seront présents la chanteuse et guitariste  Maryse Sovignac, le maquettiste Jean-Louis Sciacca et deux nouveaux, l’artiste-peintre Muguette Pasquet, ancienne responsable d’atelier du Bourilhou et l’artisan « cuir » Jean-Marie Stehle.

Marinette Mazoyer (à droite)
Trois ateliers du Bourilhou participeront aussi à la manifestation : La peinture sur soie, animée par Georgette Manjarrès , la peinture ( aquarelle et abstraite)  atelier dirigé par Chantal Boyer et  l’atelier Musique Trad, animé par Hubert Thouroude. Ce dernier atelier nouvellement créé au Bourilhou se produira au moment de l’apéritif  et des interventions, vers 12h30.

Comme l’année dernière, le Printemps du Livre, des Médias et des Arts aura lieu le même jour et aux mêmes heures (et presque au même endroit) que La Main Verte, cette dernière manifestation au Château d’Assas, juste en face, organisée par l’Office de Tourisme des Cévennes Méridionales.

mercredi 15 avril 2015

Patrimoine 30

Couverture du n°33
Deux numéros de la revue Patrimoine 30 de la Fédération Archéologique et Historique du Gard sont consacrés  cette année aux remparts de Nîmes.

Le numéro 33 qui vient de paraître comprend des articles anciens et d’actualité, rédigés par des historiens ou des chercheurs passionnés par notre patrimoine départemental, en collaboration avec des archéologues comme Richard Pellé, qui est en train d’effectuer des fouilles sur les pentes de la colline Montaury.

Un jeu de pistes vous est proposé, à la découverte de l’enceinte de Nîmes. De nombreuses photographies, gravures ou croquis, publiés avec la permission de leurs auteurs, comme les aquarelles de Jean-Claude Golvin ( qui vint faire une conférence au Bourilhou, il y a quelques années), illustrent trois articles, qui constituent une excellente introduction au sujet proposé dans ces deux numéros de la revue.

Le principal architecte de ce numéro, Jean-François Dufaud, membre de l’association Pont du Gard Patrimoine et  de la FAHG,  a su s’entourer de spécialistes pour nous présenter trois articles sur l’enceinte  antique de Nîmes.

Un glossaire et une abondante bibliographie complètent ce travail. Quant au prochain numéro, le deuxième sur les remparts de Nîmes, il paraîtra plus tôt que d’habitude, au mois de septembre. Il est en cours de relecture par les membres du comité de lecture, tous habitants du Pays Viganais.

Le numéro est en vente dans les dépôts de presse de notre département.  En Pays Viganais et de l’Aigoual on peut le trouver à la Maison de la Presse du Vigan et de Valleraugue, à la réception de l’Abîme de Bramabiau (depuis samedi dernier, réouverture du site), à la librairie Fabre de Ganges, à Saint Hippolyte du Fort, Librairie Coularou, au prix de 6 euros. Il sera  aussi en vente au Bourilhou à partir du lundi 27 avril, reprise officielle des cours du Centre Culturel et de Loisirs du Vigan. On peut aussi se procurer au même endroit tous les autres numéros, sauf, bien sûr, ceux qui sont épuisés.

Renseignements au 04 67 81 8516 ou 04 67 81 89 69.

Rappelons enfin, que la revue n’existerait pas sans l’aide financière du Département du Gard.

dimanche 12 avril 2015

Ports romains : un rève devenu réalité

Les maquettes du viganais Jean-Louis Sciacca ( à gauche )
Un port c’est le début d’un rêve, un voyage vers le large, mais aussi un retour heureux après un long voyage… C’est à partir de textes antiques, grecs et romains, d’Homère, de Virgile ou Juvénal mais aussi de tableaux d’artistes, de mosaïques et de monnaies antiques, que Michel Griffe, maître de conférences honoraire de l’Université Paul Valéry de Montpellier, latiniste distingué, nous a fait découvrir le rêve des Romains pour les ports antiques, insistant sur leurs structures ou les travaux qui furent nécessaires, notamment à proximité de Rome, sous les empereurs Claude et Trajan, pour accueillis navires marchands ou de guerre… Un véritable travail de Romains ! Ainsi dans l’Enéide, poème épique de Virgile,  inspiré de  l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, Enée arrive en Lybie, après avoir essuyé une tempête…c’est la représentation du thème des retours heureux. Dans les Satires de Juvénal, l’auteur latin fait allusion aux aménagements d’un port,  le navire pénétrant « dans ces gigantesques constructions qui emprisonnent les flots »

Passionné de peinture l’Universitaire nous a présenté et commenté de nombreux tableaux de maîtres, des bas-reliefs, sculptures de sarcophages, des mosaïques, des monnaies  montrant les différents aménagements portuaires dont rêvaient les Romains. On y voit des entrepôts, des temples des portiques, des phares, pontons en bois, arcs de triomphe et bien sûr des navires de toutes sortes et même des pêcheurs avec leurs filets…  mais aussi des divinités ( comme Mercure et son trident), des scènes de la vie domestique et religieuse, des statues sur des podiums . La mer est représentée par des poissons et des vagues, dont l’intensité s’estompe, à mesure que le navire entre dans le port. L’artiste donne dans sa représentation une impression de profondeur, avec présence d’une succession de plans… Le port est conçu comme un prolongement de la ville. Sur une monnaie, l’empereur apparaît, au-dessus d’un bateau et d’Oceanus, dieu de la mer. Il domine le navire et la mer. Tout un symbole ! C’est une véritable bande dessinée qui nous est présentée. Un rêve devenu réalité !

mercredi 8 avril 2015

Cercle philosophique du Bourilhou

Ce mois d'Avril, pour cause de Lundi de Pâques, le Cercle Philosophique du Bourilhou se tiendra exceptionnellement, Mercredi 8 Avril au Bourilhou à 20h30.

Le sujet sur lequel portera nos réflexions est "La jalousie".

C'est un sujet collectif où chacun amènera son élucubration ou ses commentaires.

samedi 4 avril 2015

Comment les Romains rêvaient-ils leurs ports ?

Dans le cadre des 26e Journées de l’Antiquité, Michel Griffe, maître de conférences honoraire de latin à l’Université Paul Valéry de Montpellier nous propose samedi 11 avril à 17h00 au Centre Culturel et de Loisirs « Le Bourilhou », une conférence ayant pour titre : « Comment les Romains rêvaient-ils leurs ports ? ».

A l’origine les Romains n’étaient pas des marins, ils le sont devenus pour servir leurs ambitions militaires et commerciales. Le port, point de rencontre entre la terre et les « plaines liquides » comme disent les poètes, n’est pas seulement une réalité matérielle obéissant à des exigences précises (surface, profondeur, orientation, protection contre les vents, équipement…), c’est aussi un monde idéal : de tous temps le port a fait rêver. Comment les Romains rêvaient-ils leurs ports ?

Des textes, prose et poésies, des images (bas-reliefs, peintures, mosaïques…) et des créations de ports artificiels, comme ceux de Claude et de Trajan, permettent de s’en faire une idée.

C’est à cette exploration de l’imaginaire romain que nous guide le conférencier. Cette conférence sera illustrée de nombreuses photographies.

Le maquettiste viganais Jean-Louis Sciacca nous présentera des navires de l’antiquité égyptienne et romaine.

Entrée libre et gratuite à cette dernière conférence des 26e journées de l’Antiquité, organisée par le Club Histoire et Archéologie en Pays Viganais, atelier du Bourilhou et membre de la FAHG, avec le soutien financier du Conseil Général du Gard et de la Communauté de Communes du Pays Viganais.

Photos : Ports dans l’Antiquité